Lorsque le ministère de la culture algérien a décidé de publier l’œuvre complète de cheikh Ahmed Tewfik el-Madani, il a été demandé à son fils Mohamed Islam d’écrire une préface à la collection. Une fois écrite, la préface à été traduite en arabe, une traduction qui lui a fait perdre toute son élégance.

J’ai jugé bon de reproduire ci-après la version originale en français, non publiée.

Lire la suite

10,342 total views, no views today